Logo Justice Québec.
Image
Image Image de menu. Image Image de menu. Image Image de menu. Image Image de menu. Image English version. Image
Image Bannière gauche.
Image  
Image Image
Image
Image Logo Prix de la Justice. Image Image
Image
Image
 

 

Récipiendaire 2014

Monsieur le juge Morton S. Minc.


Monsieur le juge
Morton S. Minc
Montréal

 

Pour son apport exceptionnel à l’application d’une justice favorisant la réhabilitation sociale, le soutien des victimes et le respect de la dignité humaine, M. le juge Morton S. Minc s’est vu décerner le Prix de la justice du Québec 2014 par la ministre de la Justice du Québec, Mme Stéphanie Vallée.

 

Dans le cadre de sa fonction de juge-président de la cour municipale de Montréal, M. le juge Minc a cherché tous les moyens pour faciliter l’accessibilité à la justice. Il a revitalisé les programmes sociaux déjà existants offerts tant aux justiciables qu’aux victimes. Il a également créé de nouveaux programmes sociaux particulièrement appropriés aux nouvelles problématiques de notre société : les itinérants et les aînés victimes de maltraitance et d’abus. Il a joué un rôle de rassembleur entre les magistrats, les procureurs et les intervenants externes appelés à collaborer à ces programmes.

 

Grâce à son énergie inépuisable pour faire connaître les innovations de la cour municipale de Montréal, cette dernière est devenue une source d’inspiration pour d’autres cours, un laboratoire de recherche pour les sciences sociales et un service contribuant à améliorer la qualité de vie des Montréalais.

 

Diplômé ès arts de l’Université Sir George Williams (Concordia) en 1970, Morton Minc a ensuite poursuivi ses études de droit à l’Université de Montréal où il a relevé le défi d’étudier en français. Il y a reçu le prix Joël-Leduc, distinction remise au meilleur étudiant en droit criminel.

 

Diplômé de l’École du Barreau en 1973, il a pratiqué le droit au sein de cabinets privés : McCarthy Tétrault, Campbell-Minc, puis Minc et associés, cabinet qu’il a dirigé pendant 12 ans.

 

Au cours de sa carrière d’avocat, Morton Minc va plaider jusqu’aux Territoires du Nord-Ouest et il lui arrive de plaider de façon bénévole pour des clients démunis.

 

En parallèle avec sa pratique privée, il démontre son inclination pour l’enseignement. Il collabore à un cours de droit commercial à l’Université McGill puis il agit comme chargé de cours en droit commercial à l’Université Concordia.

 

En 1993, il est nommé juge à la cour municipale de Montréal. Il devient membre de l’Association des juges provinciaux du Canada et membre exécutif de l’American Judges Association, où il agit comme président du comité Therapeutic Justice. Dans ce contexte, il entreprend la visite de nombreuses cours où se pratiquent déjà les Problem Solving Courts, dont il s’inspirera plus tard à la cour municipale de Montréal.

 

En 2003, il est l’hôte et l’organisateur de la Conférence annuelle de l’American Judges Association qui se déroula pour la première fois à Montréal.

 

Pendant plusieurs années consécutives, il siège au jury de l’Association du Jeune Barreau de Montréal et aux concours de plaidoiries de la Osgoode Hall Law School à Toronto (la Coupe Gale).

 

Il participe fidèlement à la Table ronde annuelle sur la justice participative.

 

Lors de nombreuses conférences internationales et nationales, il prononce des allocutions qui illustrent son intérêt pour une justice plus accessible et plus humaine. Il valorise une approche multidisciplinaire des problématiques révélées à la cour : selon lui, l’équipe de professionnels ou de bénévoles qui entourent le processus judiciaire doit servir à orienter les justiciables vers des programmes sociaux ou des thérapies; si les justiciables y consentent, le processus judiciaire doit leur offrir un suivi qui les aide à lutter contre la cause de leur criminalité et éviter par la suite le regrettable fléau de la récidive.

 

Dans cette perspective, il appuie les programmes sociaux offerts aux justiciables ayant des problèmes d’alcool, de drogue, de troubles mentaux et d’itinérance.

 

En 2009, il est nommé juge-président de la cour municipale de Montréal et dès lors, dans un esprit de continuité et d’achèvement de ses projets, il n’a cessé de parfaire les programmes sociaux existants et d’en implanter d’autres.

 

En outre, il ne ménage pas ses efforts pour que le CAVAC de Montréal s’installe à l’intérieur de la cour municipale de Montréal pour offrir sur place ses services aux victimes. Il convainc les diverses associations d’avocats de mandater un de leurs membres chaque matin à la cour pour assister gratuitement les justiciables non représentés par avocat lors de leur comparution.

 

Bref, il recherche tous les moyens et les ressources favorisant l’accessibilité des citoyens à la justice.

 

Les initiatives du juge Morton Minc attirent à la cour des professionnels et des universitaires.

 

En effet, pendant sa présidence, le juge Minc a tissé des liens avec les facultés de droit de l’Université de Montréal, de l’Université McGill et de l’Université de Sherbrooke, où il est allé participer à des cours et à des colloques pour faire davantage connaître les orientations et les pratiques originales de la cour auprès de professeurs, de chercheurs et d’étudiants.

 

Enfin, il a entretenu des liens étroits avec le Barreau de Montréal et le Barreau du Québec. La cour est ainsi présente à la Semaine du Barreau organisée chaque année et maintenant, le Barreau de Montréal offre annuellement un suivi de formation sur les programmes sociaux de la cour municipale de Montréal dans le cadre de son programme de formation professionnelle.

 

 

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, remet la médaille du Prix de la justice 2014 à monsieur le juge Morton S. Minc.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, remet la médaille du Prix de la justice 2014 à monsieur le juge Morton S. Minc, accompanied by the President of the Selection Panel, the Honourable Nicole Duval Hesler, Chief Justice of Quebec.


 

 

Image
Image Image Image
Dernière mise à jour : 1er juin 2015
Image
Image
Image

© Gouvernement du Québec, 2012